Plus d'infos Fermer

Redevances aéroportuaires : la FNAM dénonce l'arbitrage rendu •

Paris, le 29 juillet  2015
 
Dans le cadre du CRE3*, le Gouvernement vient de rendre son  arbitrage sur l’évolution
des redevances aéroportuaires des aéroports « 
Roissy-CDG et Orly »
 
La FNAM, principale organisation du transport aérien
dénonce la façon dont l’arbitrage a été élaboré
 
Aucune considération n’a été accordée aux travaux
de la Commission consultative aéroportuaire (CCA) préconisant
un quasi-gel des redevances sur la période 2016-2020 – CRE3*
 
La Fnam, qui représente 95% du secteur du transport aérien français, (Aigle Azur, Air Caraïbes, Le Groupe Air France, Corsair International, XL Airways) prend note de l’arbitrage qui a été rendu.
Cet arbitrage gouvernemental ignore totalement le contexte d’asphyxie dans lequel se trouve le transport aérien français basé, à plusieurs reprises mis en exergue ces derniers mois. Le gouvernement n’a fait que privilégier une valorisation patrimoniale appuyée notamment sur des paramètres hors du temps. Le travail d’analyse produit par la FNAM a conduit à démontrer que, sans dégrader la valorisation de la société ADP, une évolution annuelle de ces indexes, hors inflation, de -2,5% était tout à fait possible.
 
Pour les compagnies aériennes basées, le poste redevances aéroportuaires ne constitue pas le seul élément d’écart de compétitivité, pour autant, l’arbitrage qui a été rendu laisse entendre que la mise en danger accélérée des presque 100000 emplois directs du secteur n’a pas été intégrée. Le signal donné est très négatif.
 
La CCA, commission pourtant réputée neutre et indépendante, préconisait, dans un premier temps, un quasi-gel des redevances sur la période 2016-2020 et recommandait même de revenir, en partie, sur le principe en vigueur de caisses étanches et proposait alors une évolution, hors inflation, de ces indexes de -0,7% par an.
 
Hormis l’aéroport de Londres-Heathrow, seule plateforme totalement saturée et donc chère,  la FNAM rappelle que les aéroports parisiens sont les plus coûteux d’Europe, quel que soit l’index pris en considération. Tout au long du processus de préparation du CRE3*, le discours sur la compétitivité entre plateformes a été le leitmotiv. Alors que les tendances au gel ou à la baisse des coûts se concrétisent partout en Europe, on rappellera que l’index des redevances à Amsterdam a baissé de 7,7% en 2015 contre une augmentation de +2,4% pour ADP, et que, fin 2014, le gouvernement espagnol a pris la décision de geler la totalité des redevances pour tous les aéroports en Espagne, pour 10 ans.  La réalité de l’arbitrage qui a été élaboré montre que, au-delà de l’aéroport londonien, Orly et CDG resteront largement non compétitifs.
 
Par ailleurs, quid de la révision des objectifs de rémunération du capital, quid du principe de caisses étanches, cas unique en Europe, quid du parallélisme avec les processus mis en place à Amsterdam, quid des travaux sur la compétitivité du transport aérien français menés tout au long de l’été 2014, tout ce  travail a été manifestement ignoré dans le processus d’arbitrage. 
La FNAM constate une fois de plus que l’avis de la CCA, n’a pas été pris en compte  soulignant ainsi l’inutilité des processus de concertation en vigueur. 

Pour mémoire :
 
La Commission consultative aéroportuaire (CCA) estimait que le plafond d’évolution annuelle maximale, hors inflation, des redevances devait se situer à -0.7% pour les années 2016-2020.
Finalement, il a été décidé pour 2016-2020 :
·         un gel des redevances pour 2016 et
·         une évolution annuelle maximale hors inflation de + 1.25%.
 
La Part du Pavillon français ne cesse de se dégrader : -1 point depuis 12 ans, -1.8 point en 2014
(voir tableau)
 


*CRE3 : contrat de régulation économique période 3 2016/2020
 
 
A propos de la FNAM :
Principale organisation professionnelle du secteur aérien, la FNAM* représente plus de 95% du secteur du transport aérien français (Aigle Azur, Air Caraïbes, Le Groupe Air France, Corsair International, XL Airways) soit plus de 100 000 emplois dont 72 000 emplois dans les compagnies aériennes et 30 000 dans l’assistance en escale et gestionnaire d’aéroports. Ce secteur d’activité a un poids économique et social important : il est pourvoyeur de nombreux postes de main d'œuvre qualifiée et non-qualifiée (1 emploi direct crée 4 emplois indirects ou induits). www.fnam.fr
 
Contacts presse :
FNAM – Brigitte Barrand, directrice de la communication FNAM - Tél : 06 08 71 82 59 - Mail : bbarrand@fnam.fr
exPRession – Perrine Hauet-Fontaine - Tél : 01 58 01 01 30 - Mail : fnam.press@expression-rp.com

Télécharger le communiqué de presse ici (PDF)
 
© FNAM 2012-2021 Tous droits réservés